Animation pour les écoles
Vacances d'apiculture

Actus

Stage d'apiculture en 2018

Les dates de nos stages d'apiculture sont sorties.

L'aménagement du jardin : quelques conseils pour héberger la nature

Inviter la nature à sa porte est un rêve accessible ! Voilà quelques conseils simples à mettre en place pour l'aménagement du jardin !

Aménagement naturel du jardin, faire moins pour mieux faire !

Certaines de nos pratiques habituelles d'aménagement du jardin limitent de manière notable la capacité de notre jardin à accueillir la nature. C'est le cas par exemple de la tonte !

Avons-nous vraiment besoin d'avoir un jardin tondu à raz pour s'y sentir bien ?

Vous pensez que non ? Alors voici quelques conseils pratiques qui rendront votre jardin naturel :

Espacez les périodes de tontes pour que votre jardin naturel s'installe à son rythme,

Coupez l'herbe plus haute pour qu'elle puisse protéger la faune, Permettez aux fleurs sauvages de se développer et récupérer les graines pour créer vos propres espaces fleuris,

Laissez en friche un ou deux espaces de votre jardin naturel,

Dessinez juste des allées dans les herbes hautes pour vous promener dans votre paradis !

Point info : Une friche est un espace sur lequel on effectue aucune intervention. Il tendra donc vers son équilibre naturel avec la faune et la flore présentes et adaptées à la région.

En suivant ces quelques conseils pratiques, vous allez déjà voir la nature s'installer sans même avoir besoin d'aménagement du jardin ! En effet, la faune trouvera déjà des refuges et des ressources alimentaires disséminées au coeur de votre jardin nature. Vous serez surpris de voir à quel point vos "mauvaises herbes" sont les préférées des insectes et que vos ronces deviendront de vrais hôtels à biodiversité !

Point info :

Le terme "mauvaises herbes" utilisé aujourd'hui provient du vieux français "malesherbes". Ce mot à évoluer dans le mauvais sens car, à l'origine, "malesherbes" signifie que ces plantes servaient à soigner les maux ! On les appelait aussi parfois "herbes simples", les simples étant les ingrédients de base des remèdes de la médecine traditionnelle...

Aménagement naturel du jardin faire sans (pesticide) pour avoir plus (de vie) !

Bien évidemment, la voie vers un jardin naturel passe par l'arrêt de l'utilisation de substances toxiques au jardin qu'il s'agisse d'engrais de synthèse ou de produits phytosanitaires... Mais quelles alternatives efficaces sont disponibles ?

Vous avez de la chance, les alliés dont vous avez besoin existent et seront ravis de venir vous rendre service car ils comptent aussi profiter de votre jardin naturel !

1 - Ces "mauvaises herbes" qui vous veulent du bien :

Des plantes extrêmement fréquentes peuvent permettre de fabriquer de puissants extraits végétaux qui vous aideront dans votre jardin naturel sans contrepartie néfastes !

La fermentation contrôlée de certaines plantes permet d'obtenir des engrais et des désherbants efficaces ! Le désormais célèbre purin d'ortie est l'un d'eux mais ce n'est pas le seul : les fougères ou les prêles permettent d'obtenir des substances d'une redoutables efficacité !

Voici un exemple de préparation simple :

Mélangez 1kg d'orties fraiches avec une dizaine de litre d'eau,

Fermez le récipient et laisser au moins 7 jours à 30°C de moyenne (ou plus longtemps si la température est plus faible, ex. 14 jours à 20°C), Conservez à l'abri de la lumière pour éviter la dénaturation,

Utilisez plus ou moins dilué selon votre objectif : pur pour activer un compost, 1/10 en pulvérisation fine pour un effet insecticide, 1/5 au sol comme engrais et anti-fongique. Il existe de nombreuses autres méthodes qui permettent d'avoir d'excellent résultat sans avoir recours à des substances toxiques : eau chaude, vinaigre, huiles essentielles en solution, forces manuelles, etc. N'hésitez pas à nous faire part de vos meilleures techniques !

2 - Des "petites bêtes" pour de grands résultats :

De nombreux animaux assurent gratuitement la protection et le développement de votre jardin naturel ! Ces animaux que l'on nomme auxiliaires sont d'ailleurs souvent des insectes ! Bien entendu, tout le monde connait la fameuse coccinelle qui mange les pucerons mais cet exemple n'est qu'une infime partie des interactions positives au jardin !

De manière générale, on classe les auxiliaires en 3 catégories :

Les prédateurs : ils consomment les petits ravageurs des plantes et ne demandent qu'à s'installer dans votre jardin naturel. Pourquoi ne pas installer quelques hôtels à insectes (lien vers page site) ? Ces aménagements du jardin pourront accueillir des coccinelles mais aussi des carabes, des chrysopes, des forfycules, des hérissons voire même des oiseaux : à vous de bien les choisir !

Les décomposeurs : un sol riche est la garantie d'une bonne santé de votre jardin naturel. Les décomposeurs sont une équipe de l'ombre qui aèrent les sols et transforment la matière organique morte en élément assimilable par les plantes. Le meilleur moyen de les aider est de mettre en place un composteur et de ne pas hésiter à laisser sur le sol quelques végétaux superflus (une partie de la tonte, quelques fruits tombés, etc.).

Les pollinisateurs : 90% des espèces de plantes sont pollinisées par les insectes ! Offrir une diversité de fleurs sur l'année est donc un bon moyen d'attirer les pollinisateurs qui sauront rembourser cette dette ! Et pourquoi pas ajouter quelques hôtels à insectes (lien vers page site) pour encore améliorer la présence des insectes ? Point info : On considère que 80% des espèces de plantes à fleurs sont pollinisées majoritairement par les abeilles sauvages qui regroupent 1000 espèces rien qu'en France ! Les 20% restants sont répartis entre l'abeille mellifère (Apis mellifera), quelques autres insectes pollinisateurs (syrphe, cétoine, etc.) et, bien sûr, le vent !

Aménagement naturel du jardin : Faire plus avec les bonnes plantations :

1 - Des plantations adaptées à la microfaune locale :

Qui n'a jamais rêvé de voir depuis sa fenêtre les papillons et les abeilles butinées par centaines ? Un jardin naturel plein de vie peut tout à fait être obtenu si on fait les bons choix de plantation. Cependant, la plupart des mélanges de graines prêtes à l'emploi (ex. "prairie fleurie" que l'on trouve dans les jardineries ne sont pas réellement adapté à la faune locale...

En effet, ces mélanges comportent bien souvent des espèces exotiques (ex. Cosmos) ou des variétés horticoles de plantes locales qui sont plus esthétiques mais moins compatibles avec les besoins de la microfaune (ex. Production de nectar plus faible).

2 - Conseils pratiques pour créer votre prairie fleurie :

Bien sûr, il existe des plantes sauvages locales qui ont peu d'intérêt pour la faune et même des espèces exotiques que nos insectes adorent... Alors, comment bien choisir ?

1) Rappelons l'importance de laisser un espace de votre jardin naturel pour la flore spontanée !

2) Inspirez-vous des compositions locales des prairies, des haies ou de tout espace naturel à proximité de chez vous : la nature sait ce dont elle a besoin !

3) Choisissez les plantes qui vous intéressent le plus.

4) Revenez leur rendre visite à la belle saison où elles sont en graines (variable selon espèces).

5) Prélevez quelques graines sur plusieurs plants afin de ne pas appauvrir le milieu.

6) Conservez ces graines dans un endroit frais et sec en attendant la belle saison pour les planter.

7) Plantez en choisissant l'endroit qui leur serait le plus favorable (ensoleillement, humidité, etc.). Chaque espèce possède ses propres besoins, n'hésitez donc pas à relever les conditions naturelles des sites où vous avez repéré puis prélever vos graines.

N'oubliez pas : le secret d'une bonne plantation réside dans la diversité des espèces. Il peut donc être très intéressant d'ajouter quelques graminées aux fleurs sauvages que vous avez choisies.

De nombreux exemples de plantes intéressantes pour les insectes : Cette liste est issue du programme de recherche URBANBEES ( HYPERLINK "http://www.urbanbees.eu/" www.urbanbees.eu) sur la protection des abeilles sauvages en ville, nous les remercions de nous avoir laisser la publier ici.

- Apiacées (Ombellifères) : Angéliques, berces, carottes, cerfeuils, panais...

- Astéracées (Composées) : Achillées, bleuets, centaurées, chardons et cirses, pissenlits...

- Brassicacées (Crucifères) : Cardamines, giroflées, monnaies du pape, moutardes...

- Borraginacées : Bourraches, consoudes, pulmonaires, vipérines...

- Fabacées (Légumineuses) : Genêts, gesses, luzernes, trèfles, vesces...

- Lamiacées (Labiées) : Ballotes, épiaires, germandrées, lamiées, prunelles.. - Papavéracées : Chélidoines, coquelicots et pavots...

- Rosacées : Pimprenelles, potentilles, spirées ainsi que la plupart des arbres et arbustes fruitiers.

- Autres : Cornouillers, gentianes, géraniums (indigènes), mauves, millepertuis, primevères, valérianes, salicaires, sédums, silènes et stellaires, sureaux, troènes, véroniques...

- Même si la majorité des plantes aromatiques ne sont pas indigènes, elles méritent d'être dans votre jardin car elles sont extrêmement attractives pour les insectes !

3 - Conseils pratiques pour créer votre haie :

Souvent négligées, les haies peuvent devenir un élément fondateur dans votre jardin naturel car elles offrent de nombreux services : aliment, coupe-vent, rétentrice d'eau dans le sol, refuge,... De nombreux guides sur la création de haie sont disponibles comme celui de la Communauté de commune Bretagne romantique (lien vers ce partenaire à privilégier ou un autre...).

Ils se rejoignent tous sur un élément clé : la diversité des espèces ! En effet, nous avons l'habitude de faire des haies monospécifiques (une seule espèce de plante) dont le but premier est de nous offrir un isolement visuel rapide... De plus, nous choisissons souvent des essences qui ne présente pas ou peu de nourriture pour la faune avoisinante.

Voici quelques conseils pratiques à mettre en oeuvre pour votre nouvelle haie naturelle :

1) Inspirez-vous des compositions locales des haies à proximité de chez vous !

2) Choisissez quelques plantes qui vous intéressent particulièrement.

3) Renseignez-vous sur les autres espèces locales qui seraient adaptées à votre projet : Réfléchissez sur 2 rangées d'arbres ou d'arbustes pour un bon effet coupe-vent. Augmentez la diversité des espèces, votre haie sera plus attractive (+ de 4 espèces). Essayez d'avoir des périodes floraison/fructification espacées. Prévoyez quelques plantes d'épineux pour offrir un excellent gîte à la faune. 

4) Commandez et/ou récupérez dans la nature les plants dont vous avez besoin.

5) Plantez en 2 lignes espacées de 40 à 80 cm.

6) Associez à proximité les essences présentant des intérêts alimentaires et celles qui offrent une meilleure protection pour la faune.

7) Laissez s'exprimer votre haie dans les premières années.

8) Maintenez ensuite la taille de vos plantes entre 4 et 5 mètres pour la ligne extérieure et 2 à 3 mètres pour la ligne intérieure.

 

Vos vacances

Stage d'Apiculture.
en Bretagne

Voir le programme  2018