Animation pour les écoles
Vacances d'apiculture

Actus

Stage d'apiculture en 2018

Les dates de nos stages d'apiculture sont sorties.

Débutant ou confirmé bien choisir sa formation d'apiculture.

Réservation

Débutant, avoir conscience des réalités pour bien démarrer.

Avoir une seule ruche dans le fond de son jardin un rêve pour beaucoup.

  • C'est souvent ce que disent les personnes intéressées par des formations en apiculture : « J'aimerais bien avoir une ruche dans le fond de mon jardin ». Malheureusement avoir une seule ruche n'est plus possible et cela pour plusieurs raisons :
  • Avec un taux de mortalité avoisinant les 35 %, avoir une seule ruche c'est statistiquement la certitude qu'elle va mourir au bout de 3 ans. Au prix de plus de 180 euros l'essaim, les personnes se découragent et mettent fin à leur activité très vite.
  • Avec un nombre important de prédateurs et notamment le Frelon asiatique, avoir une seule ruche c'est l'exposer à de très nombreuses attaques (pas de dilution des attaques sur de nombreuses ruches), bien souvent elle ne survit pas.
  • Avec une seule ruche on n'a aucune possibilité de gérer son renouvellement. Chaque année il faut créer de nouveaux essaims en prévision des colonies qui vont mourir, avec une seule ruche, c'est impossible.

Croire que l'on va pouvoir faire de l'apiculture avec une seule ruche pendant 10 ans est  donc impossible et ceux qui prétendent le contraire le font avec un objectif commercial en tête.

Il faut au minimum de 5 ruches pour espérer faire de l'apiculture sur le moyen terme (1 à 2 vont produire, 1 à 2 vont mourir, et 1 à 2 vont servir à renouveler celles qui sont mortes).

 

La taille du jardin n'est pas un problème pour débuter l'apiculture.

Parfois on nous dit « je pourrais mettre des ruches dans mon jardin car j'ai un grand terrain».

Les abeilles butinent parfois à plus de 6 km de leur ruche, que votre jardin fasse 500 mètres carrés ou 2000 mètres carré ça n'a aucune importance, les abeilles ne le fréquenteront que très peu.

Par ailleurs, ce n'est pas parce que vous avez 10 pieds de Lavande, si jolis soient ils, que vous ferez du miel de Lavande dans votre jardin (pour un kilo de miel il faut près de 500 000 fleurs !).

La réglementation impose souvent des distances importantes entre les ruches et les habitations (souvent 100 mètres mais ça varie d'un département à l'autre). Si un mur, un claustrât ou une haie pleine de plus de 2 mètres de haut sépare le rucher des maisons, il n'y a alors plus de distance limite et il devient possible d'implanter des ruches (également sur des toits à plus de 5 mètres de haut).

Dans tous les cas, les agriculteurs, les maraîchers ou les arboriculteurs sont aujourd'hui demandeurs de plus de pollinisateurs et verront souvent d'un bon œil l'implantation de ruches.

Il est donc relativement facile de trouver des terrains disponibles, et l'emplacement est là encore très rarement un facteur limitant.

 

Le coût de l'apiculture est par contre un vrai facteur limitant, notamment pour les apiculteurs débutants.

Avec des prix des essaims qui flambent (souvent plus de 180 euros parfois), les prix des ruches qui restent très élevés (pas rare d'en trouver à 150 euros tout compris), la nécessité d'avoir de plus en plus de matériel d'élevage (ruchettes, haussettes...), le prix de la cire qui ne cesse de grimper, et le coût du matériel d'extraction et de fabrication du miel, l'apiculture peut rapidement coûter très cher. 

Avec une mortalité de près de 35%, le prix des essaims notamment est souvent un facteur de découragement et souvent d'arrêt de l'apiculture.

Il est donc aujourd'hui fondamental de savoir construire ses ruches soi même.

 

La disponibilité des essaims est un vrai problème pour les apiculteurs débutants et les amateurs.

Pour démarrer en apiculture il est nécessaire de se procurer des essaims chez des éleveurs. Compter sur les essaims naturels est trop aléatoire, de plus, souvent composés d'une vieille reine, leur survie est loin d'être garantie.

Malheureusement et même à un prix élevé, se procurer des essaims n'est pas facile et il faut souvent réserver de longs mois à l'avance.

Savoir maitriser toutes les techniques de reproduction pour construire ses essaims soi même est aujourd'hui une condition nécessaire à la pratique de l'apiculture sur le long terme.

 

Le manque de formation est une cause très importante d'échec en apiculture.

Combien d'apiculteurs se contentent encore de poser des ruches dans un champ puis de venir récolter leur miel sans une surveillance efficace, des traitements nécessaires raisonnés, et une bonne stratégie de renouvellement ? Tout comme un éleveur de vaches laitières est obligé d'élever des veaux femelles si il veut produire du lait sur le long terme, un apiculteur doit produire et élever des essaims si il veut que son activité perdure.

Mais connaître toutes les techniques de production d'essaims ou de production de reines n'est pas chose facile, de plus, chaque année, des innovations arrivent dans la conduite du rucher. Connaître toutes ces techniques demande de la formation !

 

Débutant ou confirmé, il faut bien choisir sa formation d'apiculture.

Le coût de la formation d'apiculture.

Souvent il est plus aisé de choisir des formations d'apiculture à bas coût, avec une après-midi de temps en temps dans un rucher école.

Mais, pour être juste il faut tout compter.

Combien d'après midi seront nécessaires pour vraiment être autonome ? Combien de frais de déplacement ? Combien d'achat d'équipement, de matériel sera nécessaire et à quel prix ? Le bas coût ne cache-t-il pas une marge importante sur l'achat de matériel ou d'essaim ? Combien de stagiaires seront présents ? Pourra-t-on réellement pratiquer ? Combien de ruches pourrai-je ouvrir ? Et enfin, sous quels délais d'attente peut on espérer faire ces stages ?

Le programme de la formation.

Comme nous l'avons vu précédemment, l'apiculture demande aujourd'hui de maîtriser de nombreux paramètres, il est illusoire de croire qu'on peut être formé en quelques heures.

Le mode d'apprentissage.

Savoir s'occuper des abeilles est très comparable à apprendre à conduire. Il y a une synchronisation à trouver entre les mains (une avec enfumoir, une avec lève cadre), une parfaite organisation du travail, et une bonne connaissance théorique.

A ce titre, tout comme il n'est pas possible d'apprendre à conduire uniquement dans les livres ou en regardant des tutoriels sur internet, il n'est pas possible d'apprendre à être apiculteur sans pratiquer, les mains dans la ruche !

Tout comme il n'est pas non plus possible d'apprendre à conduire uniquement en regardant une autre personne conduire, il n'est pas possible de faire de l'apiculture en regardant un formateur travailler, à 30 stagiaire autour de lui sans jamais manipuler.

Enfin, apprendre à conduire c'est aussi passer le code, là encore, tout comme pour le permis, les formations d'apiculture doivent posséder une partie théorique pour mieux appréhender la complexité de ce qu'on réalise en pratique.

 

Notre stratégie de formation pour bien débuter l'apiculture.

Notre engagement : oeuvrer pour avoir plus d'apiculteurs en France.

Nous savons bien que moins il y aura d'apiculteurs, plus les prix fixes augmenteront et moins il sera facile de faire de l'apiculture. De plus, moins il y aura d'apiculteurs, plus les importations augmenteront et plus les prix s'écrouleront au profit de produits de très basse qualité.

C'est pourquoi nous pensons qu'il faut plus d'apiculteurs en France et nous avons bâti toute notre stratégie de formation pour que ce soit le cas.

  • En fournissant une formation d'apiculture de qualité : Notre formation se divise en 3 parties, une partie théorie, une partie fabrication de sa ruche, et une partie pratique.

Notre formation d'apiculture est plafonnée à 8 stagiaires maximum pour que TOUT LE MONDE manipule. Avec un rucher de plus de 300 ruches disponibles, ce sont souvent plus de 100 ruches qui sont ouvertes pendant le stage ! Les dernières techniques de production d'essaims sont enseignées, pour que nos stagiaires soient très vites autonomes dans la conduite de leur rucher (voir le programme de notre formation d'apiculture)

  • En aidant les stagiaires à se procurer des ruches. Grâce à un de nos apiculteurs partenaires, ébéniste de formation, qui fabrique lui même ses ruches, nous vous mettons en contact pour que vous vous procuriez des ruches à très bas coût.
  • En aidant les stagiaires à se procurer des essaims : Nous avons là aussi nouer un partenariat avec un apiculteur éleveur, pour procurer aux stagiaires des essaims moins chers que le prix habituellement constaté.

En démarrant avec 5 ruches comme il se doit pour durer, le coût de la formation est ainsi très vite remboursé par l'économie réalisée sur les ruches et sur les essaims.

Ainsi, nous levons les 3 principaux freins à l'apiculture, le manque de formation, le prix élevé des ruches, et la disponibilité des essaims.

Bien sûr, en 5 jours nous ne pouvons pas contrer tous les maux qui planent sur l'apiculture en France, mais nous constatons que depuis 3 ans que notre formation d'apiculture existe, des stagiaires ont mis en place une activité durable, et c'est là notre plus grande réussite ! (voir les témoignages de nos anciens stagiaires).

 

Découvrir notre formation d'apiculture.

Voir le programme de notre stage d'apiculture.

Voir les tarifs de notre formation d'apiculture

Réserver un stage d'apiculture.